L’attirail du sauvage

Equipement

Test du casque Ruby Castel Shibuya

Au mois de décembre 2017 j’avais l’occasion de partir faire 800km dans le froid et la neige. Je n’utilise quasiment jamais d’intégral mais pour cette fois j’avais l’occasion de rouler avec un casque de cette marque aussi discutée que mystique : Les Ateliers Ruby.
Il est toujours étonnant de voir ce qu’évoque cette marque à l’esprit des gens : « superbes finitions, très beau casque, un peu cher pour ce que c’est, unique, beaux matériaux… »

Alors oui c’est beau et il est clair que quand je pose mon Castel Shibuya sur une table de restaurant il devient en quelques minutes un vecteur social : « il est très beau votre casque, c’est quoi la marque ? ». Sans blague, ça m’est arrivé plusieurs fois !

Souvent injustement reliée au rang de marque pour bobos parisiens je me suis dit que l’occasion de briser certaines idées reçues était trop belle et tester ce casque dans des conditions peu citadines serait une excellente idée.

Ma moto chargée et mon casque enfilé je prends le périf’ direction le sud de la France pour 800km en passant par l’Auvergne pour voir les volcans.

Premières impressions : il est sacrément bien insonorisé. C’est la première fois que je conduis avec un casque qui me coupe autant de l’extérieur sans pour autant m’empêcher de percevoir les dangers éventuels. J’avoue que c’est plutôt agréable. De plus, malgré sa petite ouverture je trouve le champ de vision plutôt bon.

La température extérieure est de 1 degré et aucune buée n’apparait sur mon masque baptisé « Loup » en option lors de l’achat sur leur site. Pourvu que ça dure ! (la buée, notre hantise à tous !)

Une fois les routes campagnardes atteintes je peux enfin constater sa résistance au froid sur la longueur et je ne suis pas déçu : le masque ne laisse passer aucune fuite de vent et même si j’ai ajouté une petite cagoule je n’ai pas froid.

Au bout de quelques heures la météo se gâte et je me retrouve sur une autoroute accompagné d’une belle tempête de neige. Le Castel ne se démonte pas, les flocons ne lui font pas peur et il reste très confortable même après 500km. Souvent quand on s’arrête faire une pause et que l’on retire son casque on peut constater s’il y a des douleurs par exemple aux oreilles ou sur le front. Là, pour le coup je n’ai rien ressenti de désagréable. Je repars de plus belle cette fois sous la pluie (décidément je ne suis pas gâté) pour 300km de folie jusqu’à la ligne d’arrivée. Là où j’ai été embêté c’est pour baisser ou relever le masque : il faut s’arrêter, enlever les gants, choisir sa position et repartir. Et oui ! Qui dit casque vintage, dit manipulation vintage. Mais gardons à l’esprit que cette visière tout comme le casque n’ont pas été conçus et pensés pour les roadtrips à la météo agressive. Donc ne le critiquons pas pour ce qu’il n’est pas ! Ça serait comme reprocher à un lave-linge de ne pas faire la vaisselle.

Conclusion

On est ici sur un casque à l’esprit vintage et dénué de toute technologie électronique. Il faudra débourser la coquette somme de 1200euros pour ce Castel Shibuya. Oui, c’est cher et je vois déjà vos yeux écarquillés mais il faut savoir ce dont on parle : Les Ateliers Ruby produisent des casques destinés aux passionnés qui aiment les belles choses fabriquées avec des matériaux de qualité. C’est avant tout un achat plaisir au même titre que quelqu’un qui fera la démarche de s’acheter une belle montre. Et même si le Castel n’est pas forcément destiné à affronter vents et marrées sur le papier, il n’en demeure pas moins un excellent casque, bien fabriqué, confortable et très beau qu’on ne verra pas à tous les coins de rue.

Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas !

Pour vous l’offrir sur lesateliersruby.com

Retour

Commentaires

Articles récents

Test Icon 1000 Elsinore

Je me souviens très bien des premiers mois ou j’ai commencé à regarder des photos de motos rétros sur internet. 

Hormis les belles mécaniques, il y avait le style vestimentaire rétro qui m’intriguait. Et dans les fringues, quelque chose m’inspirait encore plus : les bottes. Oui oui, les bottes.

Test du Blouson Mash en coton enduit

Le marché des vestes/blousons pour moto est sursaturé. On en trouve pour tous les goûts : moderne, rétro, citadin, sportif, moche, beau… Dur d’y voir clair dans cette jungle du textile.
Mais on va cependant rester dans mon thème de prédilection : le rétro. Et plus précisément le blouson en coton enduit (enduit de cire/wax qui permet de le rendre étanche).

Test des gants Give’r 4 Season Gloves

Toujours à l'affût des trucs un peu confidentiels en devenir, j’ai un jour découvert la marque Give’r Gloves grâce au sérieux blog moto www.4h10.com que je vous invite à parcourir.

Je me suis donc empressé d’aller sur www.give-r.com pour en apprendre un peu plus sur la marque basée à Jackson Hole dans le Wyoming. Déjà, juste avec l’adresse tu voyages. Comme vous pouvez le voir ces gants semblent tout droit sortis du vieux coffre de la ferme de papi O’daniel située à l’angle de la 5e rue et de Baker Street. Ok je m’emballe.

Test de la Moto Guzzi V7 Stone III (permis A2)

Après l’engouement autour de ma publication dans le Huffington Post j’ai eu la chance de pouvoir me rapprocher de certaines marques et parmi celles-ci une m’a donné l’occasion de partir quelques jours avec une de ses bécanes : Moto Guzzi !

Test du casque Ruby Castel Shibuya

Au mois de décembre 2017 j’avais l’occasion de partir faire 800km dans le froid et la neige. Je n’utilise quasiment jamais d’intégral mais pour cette fois j’avais l’occasion de rouler avec un casque de cette marque aussi discutée que mystique : Les Ateliers Ruby...